jeudi 28 février 2013

Saint HILAIRE, Pape

Saint Hilaire

Pape (46 ème) de 461 à 468 et confesseur (✝ 468)

Il naquit en Sardaigne et nous le trouvons d'abord légat de Pape de Rome, défendant la vraie foi lors du "brigandage d'Ephèse" en 449 où fut rétablie la doctrine d'Eutychès qui niait les deux natures du Christ en l'unité d'une seule personne". Le patriarche saint Flavien est déposé; Hilaire qui a protesté comme légat du Pape, est expulsé par les gardes et doit fuir pour ne pas être arrêté.

Successeur de saint Léon le Grand, il confirma en Occident les conciles de Nicée, Ephèse et Chalcédoine. En Occident son activité est connue dans trois domaines : la lutte contre les hérésies, l'affirmation de l'autorité disciplinaire de Rome et les constructions dans la Ville.

Il construisit plusieurs églises et chapelles dans Rome, soutient l'évêque d'Arles en Gaule et rappelle l'Église d'Espagne à une meilleure fidélité à l'Eglise de Rome.

On ne connaît rien de ses relations avec l'Orient chrétien.

À Rome sur la voie Tiburtine, près de saint Laurent, en 468, la mise au tombeau du pape saint Hilaire, qui succéda à saint Léon le Grand, et écrivit des lettres confirmant la foi catholique des Conciles de Nicée, Éphèse et Chalcédoine, et mettant en lumière le primat du siège de Rome.

(éloge omis le 28 février les années bissextiles)

Martyrologe romain

SOURCE : http://nominis.cef.fr/contenus/saint/718/Saint-Hilaire.html

Saint Hilaire (461-468)


Naquit en Sardaigne.

Il reçut sa formation des enseignements de saint Léon.

Devenu pape, il fonda, dans le Palais du Latran, deux bibliothèques, qui son à l'origine de la Bibliothèque Vaticane.

Grand amateur d'art, il s'efforça d'embellir les églises.

SOURCE : http://eglise.de.dieu.free.fr/liste_des_papes_04.htm

Pope St. Hilary

To replace a man like St. Leo the Great was not easy, but the next pope was a man after Leo’s heart, the archdeacon Hilary. Hilary was a Sardinian who had joined the Roman clergy and had been sent by St. Leo as one of the papal legates to the council at Ephesus in 449. This council, intended to settle the Monophysite affair, got out of hand. Packed with Monophysites and presided over by Dioscorus, the patriarch of Alexandria, the assembly refused to listen to the protests of the papal legates. Dioscorus steam-rollered through the council a condemnation of the orthodox and saintly Flavian, patriarch of Constantinople, and an approval of the Monophysite leader Eutyches. In vain Hilary protested. He had to fly in fear for his life and hide in a chapel of St. John the Evangelist. It was only with difficulty that he got back to Rome. No wonder St. Leo called this Ephesus council a gathering of robbers!

As pope, Hilary worked hard to foster order in the Gallic hierarchy. When a certain Hermes illegally made himself archbishop of Narbonne, two Gallic delegates came to Rome to appeal to Pope Hilary. He held a council at Rome in 462 to settle the matter. He also upheld the rights of the see of Arles to be the primatial see of Gaul. From Spain also came appeals of a similar nature. To settle these Hilary held a council at Rome in 465. This is the first Council at Rome whose acts have come down to us. According to the “Liber Pontificalis” he sent a letter to the East confirming the ecumenical councils of Nicaea, Ephesus, and Chalcedon, and the famous dogmatic letter of his predecessor St. Leo to Flavian. He also publicly in St. Peter’s rebuked the shadow-emperor Anthemius for allowing a favorite of his to foster heresy in Rome.

St. Hilary deserves great credit for his work in building and decorating churches in Rome. Of especial interest is the oratory he built near the Lateran, dedicated to St. John the Evangelist. The Pope attributed his escape from the wild Monophysites at Ephesus to the intercession of the Beloved Disciple, and to show his gratitude he built this beautiful oratory. Over its doors may still be seen the inscription, “To his deliverer, Blessed John the Evangelist, Bishop Hilary, the Servant of Christ.” Hilary built two more churches and spent freely in decorating still others. The gold and silver and marble used so lavishly by this Pope in adorning the Roman churches indicate that the wealthy families of Rome must have saved something from the grasping hands of Goths and Vandals.

St. Hilary died on February 29. His feast is kept on February 28.

SOURCE : http://www.ucatholic.com/saints/pope-saint-hilary/

Pope Saint Hilarus

[Also spelled HILARIUS]

Elected 461; the date of his death is given as 28 Feb., 468. After the death of Leo I, an archdeacon namedHilarus, a native of Sardinia, according to the "Liber Pontificalis", was chosen to succeed him, and in all probability received consecration on 19 November, 461. Together with Julius, Bishop of Puteoli, Hilarus actedas legate of Leo I at the "Robber Synod" of Ephesus in 449. There he fought vigorously for the rights of theRoman See and opposed the condemnation of Flavian of Constantinople (see SAINT FLAVIAN). He was therefore exposed to the violence of Dioscurus of Alexandria, and saved himself by flight. In one of his letters to the Empress Pulcheria, found in a collection of letters of Leo I ("Leonis I Epistolae", num. xlvi., in P.L., LIV, 837 sq.), Hilarus apologizes for not delivering to her the pope's letter after the synod; but owing to Dioscurus, who tried to hinder his going either to Rome or to Constantinople, he had great difficulty in making his escape in order to bring to the pontiff the news of the result of the council. His pontificate was marked by the same vigorous policy as that of his great predecessor. Church affairs in Gaul and Spain claimed his special attention. Owing to political disorganization in both countries, it was important to safeguard the hierarchy by strengthening church government. Hermes, a former archdeacon of Narbonne, had illegally acquired thebishopric of that town. Two Gallican prelates were dispatched to Rome to lay before the pope this and other matters concerning the Church in Gaul. A Roman synod held on 19 November, 462, passed judgment upon these matters, and Hilarus made known the following decisions in an Encyclical sent to the provincial bishopsof Vienne, Lyons, Narbonne, and the Alps: Hermes was to remain Titular Bishop of Narbonne, but his episcopalfaculties were withheld. A synod was to be convened yearly by the Bishop of Arles, for those of the provincialbishops who were able to attend; but all important matters were to be submitted to the Apostolic See. Nobishop could leave his diocese without a written permission from the metropolitan; in case such permission be withheld he could appeal to the Bishop of Arles. Respecting the parishes (paroeciae) claimed by Leontius ofArles as belonging to his jurisdiction, the Gallican bishops could decide, after an investigation. Church propertycould not be alienated until a synod had examined into the cause of sale.

Shortly after this the pope found himself involved in another diocesan quarrel. In 463 Mamertus of Vienne hadconsecrated a Bishop of Die, although this Church, by a decree of Leo I, belonged to the metropolitan Diocese of Arles. When Hilarus heard of it he deputed Leontius of Arles to summon a great synod of the bishops of several provinces to investigate the matter. The synod took place and, on the strength of the report given him by Bishop Antonius, he issued an edict dated 25 February, 464, in which Bishop Veranus was commissioned to warn Mamertus that, if in the future he did not refrain from irregular ordinations, his faculties would be withdrawn. Consequently the consecration of the Bishop of Die must be sanctioned by Leontius of Arles. Thus the primatial privileges of the See of Arles were upheld as Leo I had defined them. At the same time thebishops were admonished not to overstep their boundaries, and to assemble in a yearly synod presided over by the Bishop of Arles. The metropolitan rights of the See of Embrun also over the dioceses of the Maritime Alps were protected against the encroachments of a certain Bishop Auxanius, particularly in connection with the twoChurches of Nice and Cimiez.

In Spain, Silvanus, Bishop of Calahorra, had, by his episcopal ordinations, violated the church laws. Both theMetropolitan Ascanius and the bishops of the Province of Tarragona made complaint of this to the pope and asked for his decision. Before an answer came to their petition, the same bishops had recourse to the Holy Seefor an entirely different matter. Before his death Nundinarius, Bishop of Barcelona, expressed a wish thatIrenaeus might be chosen his successor, although he had himself made Irenaeus bishop of another see. The request was granted, a Synod of Tarragona confirming the nomination of Irenaeus, after which the bishopssought the pope's approval. The Roman synod of 19 Nov., 465, took the matters up and settled them. This is the oldest Roman synod whose original records have been handed down to us. It was held in the basilica ofSanta Maria Maggiore. After an address of the pope, and the reading of the Spanish letters, the synod decided that the church laws must not be tampered with. In addition to this Hilarus sent a letter to the bishops ofTarragona, declaring that no consecration was valid without the sanction of the Metropolitan Ascanius; and nobishop was permitted to be transferred from one diocese to another, so that some one else must be chosen forBarcelona in place of Irenaeus. The bishops consecrated by Silvanus would be recognized if they had been appointed to vacant sees, and otherwise met the requirements of the Church. The "Liber Pontificalis" mentions an Encyclical that Hilarus sent to the East, to confirm the Oecumenical Councils of Nicaea, Ephesus, andChalcedon, and the dogmatic letter of Leo I to Flavian, but the sources at our disposal furnish us no further information. In Rome Hilarus worked zealously for the integrity of the Faith. The Emperor Anthemius had a favourite named Philotheus, who was a believer in the Macedonian heresy and attended meetings in Rome for the promulgation of this doctrine, 476. On one of the emperor's visits to St. Peter's, the pope openly called him to account for his favourite's conduct, exhorting him by the grave of St. Peter to promise that he would do all in his power to check the evil. Hilarus erected several churches and other buildings in Rome. Two oratoriesin the baptistery of the Lateran, one in honour of St. John the Baptist, the other of St. John the Apostle, are due to him. After his flight from the "Robber Synod" of Ephesus, Hilarus had hidden himself in the crypt of St. John the Apostle, and he attributed his deliverance to the intercession of the Apostle. Over the ancient doors of the oratory this inscription is still to be seen: "To St. John the Evangelist, the liberator of Bishop Hilarus, aServant of Christ". He also erected a chapel of the Holy Cross in the baptistery, a convent, two public baths, and libraries near the Church of St. Laurence Outside the Walls. He built another convent within the city walls. The "Liber Pontificalis" mentions many votive offerings made by Hilarus in the different churches. He died after a pontificate of six years, three months, and ten days. He was buried in the church of St. Laurence Outside theWalls. His feast day is celebrated on 17 November.

Sources

Epistolae Romanorum Pontificum, ed. THIEL, I (Braunsberg, 1868), 126-74; JAFFE, Regesta Rom. Pont., I (2nd ed., Leipzig, 1885), 75-77; Liber Pontificalis, ed. DUCHESNE, I, 242 sqq.; ed. MOMMSEN, I, 107 sqq.; HEFELE, Conciliengeschichte, 2nd ed., II, passim; GRISAR, Geschichte Roms und der Papste im Mittelalter, I (Freiburg im Br., 1901), passim; LANGEN, Geschichte der römischen Kirche, II (Bonn, 1885), 113 sqq.

mercredi 27 février 2013

Saint LÉANDRE de SÉVILLE, archevêque


Saint Léandre, évêque

Fils du duc d’Andalousie et frère de saint Isidore de Séville, de saint Fulgence et de sainte Florentine, Léandre voit le jour à Carthagène, en Andalousie. Après plusieurs années passées comme moine à Saint-Claude de Léon puis à Séville, il devient archevêque de Séville en 579.

Impliqué aux côtés du roi Reccarède dans le conflit qui oppose ce dernier au roi Wisigoth Leuvigilde et à son fils Herménégilde, Léandre est exilé à Constantinople; il y rencontrera le futur pape saint Grégoire le Grand. Une amitié profonde et durable les unit désormais, comme en témoigne le courrier qu'ils échangèrent et qui est conservé. De retour en Espagne, il devient légat de ce pape et uniformise la liturgie espagnole, jetant les fondements de ce qui deviendra la liturgie mozarabe. Par sa patience et son souci apostolique, il ramena les Wisigoths à l'unité de l'Eglise. Il fonda l'école épiscopale de Séville, qui eut un grand rayonnement durant plusieurs siècles. Il mourut en 599. L'Église d'Espagne le vénère à l'égal d'un Docteur de l'Église.

SOURCE : http://www.paroisse-saint-aygulf.fr/index.php/prieres-et-liturgie/saints-par-mois/icalrepeat.detail/2015/03/13/13641/-/saint-leandre-eveque

Saint Léandre

Archevêque de Séville

(† 596)

Saint Léandre appartenait à la race royale des Ostrogoths et fut d’une famille de Saints. Ses deux frères, saint Fulgence et saint Isidore, sa sœur sainte Florentine, ont reçu comme lui les honneurs sacrés, et son autre sœur Théodosie, mariée au roi Léovigilde, fut la mère de l’illustre martyr saint Herménégilde.

Simple religieux à Séville, saint Léandre fut promu à l’Archevêché de cette grande cité par les suffrages unanimes du clergé et du peuple.

Son beau-frère Léovigilde était arien et persécutait les Catholiques, à ce point qu’il fit mettre à mort son propre fils, saint Herménégilde, converti par saint Léandre.

Saint Léandre fut exilé, et du fond de son exil il combattit les spoliations de l’Église par d’admirables écrits. Léovigilde, au lit de mort, se repentit et recommanda à saint Léandre son fils Récarède, qui rentra publiquement dans le sein de l’Église.

Saint Léandre présida en qualité de légat du Saint-Siège le troisième concile de Tolède et mérita le titre d’ « apôtre de la nation gothique ». C’est lui qui réforma la liturgie d’Espagne.

Il était lié d’une tendre amitié avec saint Grégoire le Grand, qui lui envoya le pallium et qui, dit-on, lui fit présent de l’image de la Très Sainte Vierge attribuée à saint Luc et si profondément vénérée des pèlerins à Guadalupe.

Saint Léandre, plein de force et de bonnes œuvres, mourut à Séville l’an 596.

***

Saint Léandre, d’une famille princière, naquit en Espagne. Il embrassa de bonne heure la vie monastique et y puisa l’esprit de dévouement et de discipline qui devait lui valoir l’honneur d’exercer une influence prépondérante sur l’avenir de son pays.

Séville fut le théâtre de son zèle et de ses vertus. Moine d’abord, puis Archevêque de cette cité, il créa à l’ombre de sa Métropole une école destinée à propager, en même temps que la Foi catholique, l’étude de toutes les sciences et de tous les arts. Il présidait lui-même aux exercices des maîtres savants et des nombreux élèves qu’il avait su attirer. Parmi ses disciples, le plus célèbre fut son jeune frère, saint Isidore, qui devint son successeur et surpassa sa gloire.

Mais une autre illustration de l’école de saint Léandre fut saint Herménégilde, un des fils du roi arien Léovigilde, c’est lui qui avait gravé au cœur de l’illustre jeune homme cette Foi invincible qui fit de lui la victime de son propre père.

Une des gloires de saint Léandre est d’avoir été un ami intime du grand Pape saint Grégoire le Grand. On aime à trouver ces tendres et fortes amitiés, dont la vie des Saints fournit tant d’exemples, elles seules sont vraies et solides, parce qu’elles reposent sur la seule base ferme et inébranlable, l’amour de Dieu. Rien de plus attendrissant que la correspondance intime de ces deux grands personnages : « Absent par le corps, écrivait le Pape à son fidèle ami, vous êtes toujours présent à mes regards, car je porte gravés au fond de mon cœur les traits de votre visage. Vous saurez lire en votre propre cœur quelle soif ardente j’ai de vous voir… Ma lettre est bien courte, mais elle vous montrera combien je suis écrasé par le poids de ma charge, puisque j’écris si peu à celui que j’aime le plus au monde ».

Quel éloge de notre Saint sous la plume d’un si grand Pape ! Saint Léandre, éprouvé par la persécution, eut enfin le bonheur de voir le triomphe de son Église. Le roi Léovigilde se convertit avant de mourir et mit son fils Récarède sous la conduite du saint Archevêque, qu’il avait exilé. Récarède, éclairé des lumières de la vraie Foi, eut la gloire de ramener tout son peuple au giron de l’Église romaine ; cette gloire, il faut le dire, rejaillit en grande partie sur saint Herménégilde dont le martyre obtint auprès de Dieu la conversion de son père, et sur saint Léandre qui s’empressa d’annoncer la triomphante nouvelle à son ami, le Pape saint Grégoire.

Ses écrits nous ont conservé de nombreuses et touchantes traces de son amour filial et fraternel et des doux souvenirs d’une éducation chrétienne. On ne connaîtrait qu’à demi ce docteur et cet apôtre de l’Espagne, si l’on ignorait que sa vie fut toujours mortifiée et recueillie comme celle d’un moine, sans faste comme celle d’un pauvre de Jésus-Christ, laborieuse comme celle d’un soldat de la Foi. Dieu l’admit à se reposer de ses labeurs le 27 février 596, saint Grégoire le Grand étant pape, Maurice empereur de Byzance, Récarède Ier roi des Visigoths d’Espagne, Théodebert roi d’Austrasie et Clotaire II roi des Francs.



En Espagne, on fête saint Léandre, évêque de Séville. Il est le frère de deux autres saints d'Andalousie: Fulgence et Isidore. Ce fut sous l'épiscopat de saint Léandre que se détermina, au 6e siècle, la destinée chrétienne de la Péninsule Ibérique. On a pu comparer la mission de Léandre en Espagne, auprès des chefs Wisigoths, à celle de saint Remi de Reims près de Clovis, roi des Francs.

De l'évêque Léandre, on conserve des traités qu'il écrivit contre l'Arianisme pour défendre la foi en la Sainte Trinité et un ouvrage sur la virginité dans la vie monastique. Il travailla aussi à la mise en place d'une Liturgie, belle et vivante, pour le peuple chrétien. Il termina sa vie à Séville vers l'an 600. Il était invoqué par les malades souffrant de la "goutte" (fluxion articulaire du gros orteil). Le Pape d'alors, Grégoire le grand, était affligé aussi du même mal. Léandre et lui étaient des amis, aussi s'encourageaient-ils à supporter cette infirmité fort douloureuse. On peut les placer tous deux parmi les saints "guérisseurs".

Léandre est un nom d'origine grec "andros" l'homme et "léon" le lion.

Rédacteur : Frère Bernard Pineau, OP


Saint Léandre

Evêque de Séville (✝ 599)

Envoyé en mission à Constantinople par le roi wisigoth Herménégilde, il y rencontrera le futur pape saint Grégoire le Grand. Une amitié profonde et durable les unit désormais, comme en témoigne le courrier qu'ils échangèrent et qui est conservé. Devenu archevêque de Séville, il uniformisa la liturgie espagnole, jetant les fondements de ce qui deviendra la liturgie mozarabe. Par sa patience et son souci apostolique, il ramena les Wisigoths à l'unité de l'Église. Il fonda l'école épiscopale de Séville, qui eut un grand rayonnement durant plusieurs siècles. L'Église d'Espagne le vénère à l'égal d'un Docteur de l'Église.

À Séville en Espagne, vers 600, saint Léandre, évêque, frère des saints Isidore, Fulgence et Florentine. Par sa prédication et son activité pastorale, il fit passer de l’hérésie arienne à la foi catholique le peuple des Wisigoths, avec l’aide de leur roi Reccarède.

Martyrologe romain


Murillo. Saint Bonaventure et saint Léandre.

Léandre est né dans une famille romaine aristocratique qui vivait en Espagne: son père Sévérien était duc de Carthagène.

Jeune homme, saint Léandre embrassa la vie monastique à Séville, capitale des Wisigoths, qui avait embrassé l'arianisme et provoqué la domination de l'hérésie arienne dans toute l'Espagne.

Léandre devint une figure de proue dans la lutte pour restaurer ses terres à l'orthodoxie, il fonda une école à Séville pour promouvoir la foi orthodoxe. En 583, il voyagea à Constantinople pour demander de l'aide de l'Empereur pour les orthodoxes espagnols, tandis que là, il rencontra saint Grégoire le Grand (le futur pape de Rome), avec qui il scella une amitié à vie. À son retour en Espagne, Léandre fut ordonné évêque de Séville.

Un des convertis du saint évêque était Hermengilde, l'un des fils du roi arien Léovigilde. Lorsque Herménégilde se souleva contre son père au nom de l'Orthodoxie, Léovigilde lança une persécution violente de l'Eglise orthodoxe dans tout son royaume. (Léovigilde fit emprisonner, puis exécuter son fils le jour de Pâques de 586.) Par la grâce de Dieu, au plus fort de la persécution Léovigilde tomba mortellement malade, se repentit, et embrassa la vraie foi; à son exhortation, son fils et successeur Recaréde se convertit à l'orthodoxie et il convoqua le troisième Concile de Tolède en 589, date à laquelle il proclama que les peuples gothiques et Suéviques revenaient à l'unité de l'Eglise Une.

Saint Léandre présida le Concile, et consacra le reste de sa vie à éduquer dans la foi le (presque) nouveau peuple orthodoxe de l'Espagne.

C'est lui qui créa la première forme de la Liturgie mozarabe.

Il reposa en paix le 13 Mars, 600. (Il est vénéré en ce jour parce que son nom a été mal placé le 27 Février dans le Martyrologe romain.)

Version française Claude Lopez-Ginisty d'après http://www.abbamoses.com/months/february.html cité par OODE



St. Leander of Seville

Bishop of that city, b. at Carthage about 534, of a Roman family established in that city; d. at Seville, 13 March, 600 or 601. Some historians claim that his father Severian was duke or governor of Carthage, but St. Isidoresimply states that he was a citizen of that city. The family emigrated from Carthage about 554 and went toSeville. The eminent worth of the children of Severian would seem to indicate that they were reared in distinguished surroundings. Severian had three sons, Leander Isidore, and Fulgentius and one daughter,Florentina. St. Leander and St. Isidore both became bishops of Seville; St. Fulgentius, Bishop of Carthagena, andSt. Florentina, a nun, who directed forty convents and one thousand nuns. It has been also believed, but wrongly, that Theodosia, another daughter of Severian, became the wife of the Visigothic king, Leovigild. Leander became at first a Benedictine monk, and then in 579 Bishop of Seville. In the meantime be founded a celebratedschool, which soon became a centre of learning and orthodoxy. He assisted the Princess Ingunthis to convert her husband Hermenegild, the eldest son of Leovigild, and defended the convert against his father's cruel reprisals. In endeavoring to save his country fromn Arianism, Leander showed himself an orthodox Christian and a far-sighted patriot. Exiled by Leovigild, he withdrew to Byzantium from 579 to 582. It is possible, but not proved, that he sought to rouse the Emperor Tiberius to take up arms against the Arian king: in any case the attempt was without result. He profited, however, by his stay at Byzantium to compose important works againstArianism, and there became acquainted with the future Gregory the Great, then legate of Pelagius II at theByzantine court. A close friensdship thenceforth united the two men, and the correspondence of St. Gregory with St. Leander remains one of the latter's greatest titles to honour. It is not known exactly when Leander returned from exile. Leovigild put to death his son Hermenegild in 585, and himself died in 589.


In this decisive hour for the future of Spain, Leander did most to ensure the religious unity, the fervent faith, and the broad culture on which was based its later greatness. He had a share in the conversion of Reccared, and never ceased to exercise over him a deep and beneficial influence. At the Third Council of Toledo, where Visigothic Spain abjured Arianism, Leander delivered the closing sermon. On his return from this council, Leander convened an important synod in his metropolitan city of Seville (Conc. Hisp., I), and never afterwards ceased his efforts to consolidate the work, in which his brother and successor St. Isidore was to follow him. Leander received the pallium in August, 599. There remain unfortunately of this writer, superior to his brother Isidore, only two works: De institutione virginum et contemptu mundi, a monastic rule composed for his sister, andHomilia de triumpho ecclesiæ ob conversionem Gothorum (P.L., LXXII). St. Isidore wrote of his brother: "Thisman of suave eloquence and eminent talent shone as brightly by his virtues as by his doctrine. By his faith andzeal the Gothic people have been converted from Arianism to the Catholic faith" (De script. eccles., xxviii).

Sources

Acta, S.S., 13 March: MABILLON, Acta S.S. O. S. B., s c. I; AGUIRRE, Collectio max. conc. hisp., FLORES, Espa a Sagrada, IX; BOURRET, L.École chrétienne de Séville sous la monarchie des Visigoths (Paris, 1855); MONTALEMBERT, Les Moines de d Occident, II; GAMS, Die Kirchengesch. von Spanien, II (2 ed., 1874); G RRES, Leander, Bischof von Sevilla u. Metropolit der Kirchenprov. B tica in Zeitsch. fur wissenschaftl. Theol., III (1885).

SOURCE : http://www.newadvent.org/cathen/09102a.htm

Voir aussi : http://orthodoxievco.net/ecrits/vies/synaxair/fevrier/leandre.pdf

http://www.orthodoxengland.org.uk/oespain.htm

dimanche 24 février 2013

Saint ROBERT D'ARBRISSELLE, abbé bénédictin et fondateur

Robert d'Arbrissel, prêcheur et ermite breton du XIIe siècle. 
Détail de la fresque à la cire intitulée "La procession des saints du diocèse de Rennes dans la cathédrale de Rennes", d'Alphonse Le Hénaff, peinte dans la cathédrale Saint-Pierre de Rennes entre 1871 et 1876. 
Sous la fresque est indiqué S. ROBTUS ARBRISSELLENSIS

Saint Robert d'Arbrissel

Né à Arbrissel, en Bretagne, dans le diocèse de Rennes, vers la moitié du XIè siècle, Robert étudie à Paris puis, de retour dans son diocèse, choisit la radicalité de l’évangile, vivant en ermite et prédicateur itinérant (il parcourt la Bretagne, le Maine et l'Anjou). Son éloquence et l’austérité de son mode de vie attirèrent autour de lui une foule bigarrée de disciples qu'il regroupa d'abord dans la forêt de Craon. Il essaya de mettre en ordre ce mouvement incontrôlé et incontrôlable aux yeux de beaucoup avec la fondation de l'abbaye de Fontevrault dans le Val de Loire, répartissant la nouvelle communauté en quatre groupes : les femmes, les moines, les pénitents et les lépreux. L’ordre mixte qui en résulta fut à prédominance féminin : les hommes avaient charge de veiller à la protection des femmes, mais c’est à ces dernières qu’était confiée la direction des communautés. Il plaça son Ordre monastique sous le vocable de Notre-Dame du Calvaire. A sa mort, en 1116, l'Ordre comptait une cinquantaine de maisons.

SOURCE : http://www.paroisse-saint-aygulf.fr/index.php/prieres-et-liturgie/saints-par-mois/icalrepeat.detail/2015/02/25/13001/-/saint-robert-d-arbrissel

Bx Robert d'Arbrisselle

Fondateur d'Ordre

(1045-1117)

Robert d'Arbrisselle, né à Arbrisselle, aujourd'hui Arbressec, près de Rennes, est une des figures les plus remarquables de la fin du XIe siècle et du commencement du XIIe siècle. La puissance merveilleuse de sa parole, les innombrables conversions qu'il opéra dans toutes les classes de la société, le nouvel institut monastique dont il fut le père, son influence étonnante et les persécutions qu'il eut à subir, en font un des Saints dont l'action s'est fait le plus sentir dans l'Église.

Dès sa jeunesse, Robert parut un enfant prédestiné, car jamais on ne vit en lui rien de léger ni de puéril, mais la prudence et la maturité d'un autre âge. Ses fortes études, la réputation de ses vertus, l'élevèrent aux dignités ecclésiastiques; mais il lui fallait le désert, la vie cachée, les austérités; les hommes de sa trempe ne font rien à demi. Jean dans le désert, Paul, Antoine, Hilarion et tant d'autres anachorètes peuvent nous donner une idée de ses effrayantes mortifications.

L'esprit de Dieu entraîne tout à Sa suite: Robert vit sa solitude envahie par de nombreux disciples, et on a pu dire de son vivant que sa maison était à la fois "la plus pauvre et la plus sainte de tout le royaume de France". Fontevrault lui doit son origine. Mais là s'arrête la vocation du moine.

Ayant consolidé son oeuvre, il devint, revêtu de pouvoirs spéciaux par le Pape Urbain II, missionnaire apostolique pour toutes les parties du monde, et désormais, le bâton à la main, n'ayant pour richesse que la pauvreté, il parcourt spécialement la France, et renouvelle les merveilles des plus grands apôtres chrétiens dans la plupart de nos provinces.

On cite le trait suivant, qui montre à la fois quelle était sa réputation et quelle charité animait son grand coeur. Dans un de ses voyages, son petit bagage fut pillé par des voleurs qui le maltraitèrent lui-même indignement: "Malheureux, dit le compagnon du Saint, c'est ainsi que vous traitez Robert d'Arbrisselle!" A ce nom célèbre, les voleurs épouvantés se jettent aux pieds de l'Apôtre et lui promettent de se convertir. Robert leur pardonne, les embrasse et leur promet participation aux prières et aux bonnes oeuvres de ses religieux.

Il mourut à l'âge de soixante-douze ans.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950


Bx Robert d'Arbrissel

Fondateur de l'ordre de Fontevrault

(v. 1047-1117)

Robert d'Arbrissel naquit en Bretagne vers 1047. Docteur de l'université de Paris, il remplit les fonctions d'archidiacre du diocèse de Rennes, son pays d'origine

Son zèle pour la réforme du clergé souleva contre lui des haines implacables, qui le contraignirent à se retirer. Il séjourna quelques temps auprès des écoles d'Angers ; puis il s'enfonça dans la forêt de Craon. Des compagnons le suivirent, ce qui lui permit de fonder l'abbaye de Roë. Ils y menèrent la vie des Chanoines réguliers.

Le Bx Urbain II (Ottone di Lagery, 1088-1099), lors de son séjour à Angers (1096), le fit prêcher en sa présence et lui donna plein pouvoirs d'annoncer en tous lieux la parole divine. Deux de ses compagnons de solitude, Bernard de Ponthieu et Vital de Martain, le suivirent dans ses courses apostoliques avant d'aller fonder, l'un le monastère de Tiron au diocèse de Chartre, l'autre, celui de Savigny au diocèse d'Avranches, destinés à devenir des chefs de congrégation.

Robert parcourut d'abord l'Anjou, la Touraine et le Poitou. Sa prédication soulevait l'enthousiasme des foules ; parmi ceux qui l'avait entendu, beaucoup abandonnaient leurs familles et s'attachaient à ses pas. Ce cortège se composait d'homme et de femmes ; on y voyait un grand nombre de pénitents et de pénitentes. Cette foule menait une sorte de vie religieuse, dont les conditions étaient prescrites au jour le jour par Robert. Cette communauté nomade finit bientôt par éprouver le besoin de se fixer. Aussi, vers 1099, Bernard et Vital emmenèrent les hommes avec eux. Robert établit les femmes à Fontevrault. Elles étaient fort nombreuses. Quelques frères se fixèrent auprès d'elles et se chargèrent de leur service temporel et religieux.

Robert interrompait de temps en temps ses prédications pour revenir à Fontevrault et pour fonder de nouveaux monastères, qu'il peuplait de ses religieuses. Ces fondations recevaient le titre de prieurés et restaient sous l'entière dépendance de Fontevrault, ne formant avec lui qu'une seule congrégation, dont l'abbesse était le chef unique. Partout une communauté d'hommes s'attachait au service des moniales. Il y en eut dans les diocèses de Poitiers, de Bourges, d'Orléans, de Limoges et de Chartres.

Robert d'Arbrissel mourut, le 24 ou le 25 février 1116 ou 1117.

SOURCE :


Comme Fontevraud, Relay, fut fondé par Robert d'Arbrissel, un réformateur religieux et prédicateur itinérant, né vers 1047 à Arbrissel, petit village de Bretagne. Particulièrement doué pour les sermons, il s'est très vite retrouvé à la tête d'une communauté d'une centaine de personnes, principalement constituée de femmes. Il sillonna l'Anjou, le Maine et la Normandie, où il a même convaincu, à Rouen, des prostituées de venir le rejoindre. Très vite, il a obtenu le soutien du Pape Urbain II.

Voyant augmenter la foule de ceux qui le suivait, Robert d'Arbrissel, avec l'aide de Pierre II, évêque de Poitiers, décida de trouver un lieu pouvant accueillir sa communauté, afin d’éviter de nouveaux scandales. En effet, Suite à quelques scandales tels que commerce libertin, accouchements clandestins, etc., l’évêque de Rennes, Marbode, adressa à Robert , vers 1100, une longue et sévère lettre de reproches remettant en doute la justesse de ses pratiques. Un concile réuni à Poitiers en 1100 somma Robert de soumettre son « troupeau » à une règle et de se fixer.

Son désir premier était de mettre en place un ordre où hommes et femmes pouvaient vivre en communauté. En 1101, Robert d'Arbrissel installa sa communauté à Fontevraud, un lieu désertique, idéal pour y établir ce nouvel ordre. La présence de femmes parmi les hommes a rapidement fait scandale. Robert d’Arbrissel fonda alors une abbaye double (lieu monacal où hommes et femmes sont strictement séparés par la clôture). Il dut commencer à organiser la vie communautaire et la fondation du monastère débuta aussitôt. Quand la communauté se trouva suffisamment installée, Robert d'Arbrissel refusa le titre de prieur et repris sa route et ses prédications après avoir nommé une femme à la tête de l'abbaye : Hersende de Montsoreau.

Peu de temps avant sa mort et ayant consulté d'éminents religieux, Robert d’Arbrissel décida, en 1115, de sa succession. Convaincu que « les hommes trouveront le salut de leur âme dans la soumission aux femmes », il confia les rênes de Fontevraud à Pétronille de Chemillé le 28 octobre 1115 et fit d’elle la première abbesse de Fontevraud. Il laissa ainsi les moines très secoués par une décision hors du commun et Fontevraud devint alors une abbaye dirigée par des femmes. C’est ainsi que naquit l’Ordre de Fontevraud, plus ascétique que les bénédictins, qui devint rapidement l'un des ordres monastiques doubles les plus puissants de France. Sous la seule obédience du pape et nantie de nombreuses faveurs, l'abbesse de Fontevraud détient tout pouvoir spirituel et temporel sur les moniales et les moines.


Robert of Arbrissel

Itinerant preacher, founder of Fontevrault, b. c. 1047 at Arbrissel (now Arbressec) near Rhétiers, Brittany; d. at Orsan, probably 1117. Robert studied in Paris during the pontificate of Gregory VII, perhaps under Anselm of Laon and later displayed considerable theological knowledge. The date and place of his ordination are unknown. In 1089 he was recalled to his native Diocese of Rennes by Bishop Sylvester de la Guerche, who desired to reform his flock. As archpriest, Robert devoted himself to the suppression of simony, lay investiture, clerical concubinage, irregular marriages, and to the healing of feuds. This reforming zeal aroused such enmity that upon Sylvester's death in 1093, Robert was compelled to leave the diocese. He went to Angers and there commenced ascetic practices which he continued throughout his life. In 1095 he became a hermit in the forest of Craon (s.w. of Laval), living a life of severest penance in the company of Bernard, afterwards founder of the Congregation of Tiron, Vitalis, founder of Savigny, and others of considerable note. His piety, eloquence, and strong personality attracted many followers, for whom in 1096 he founded the monastery of Canons Regular of La Roé, becoming himself the first abbot. In the same year Urban II summoned him to Angers and appointed him a "preacher (seminiverbus, cf. Acts 17, 18) second only to himself with orders to travel everywhere in the performance of this duty" (Vita Baldrici).

There is no evidence that Robert assisted Urban to preach the Crusade, for his theme was the abandonment of the world and especially poverty. Living in the utmost destitution, he addressed himself to the poor and would have his followers known only as the "poor of Christ", while the ideal he put forward was "In nakedness to follow Christ naked upon the Cross". His eloquence, heightened by his strikingly ascetic appearance, drew crowds everywhere. Those who desired to embrace the monastic state under his leadership he sent to La Roé, but the Canons objected to the number and diversity of the postulants, and between 1097 and 1100 Robert formally resigned his abbacy, and founded Fontevrault. His disciples were of every age and condition, including even lepers and converted prostitutes. Robert continued his missionary journeys over the whole of Western France till the end of his life, but little is known of this period. At the Council of Poitiers, Nov., 1100, he supported the papal legates in excommunicating Philip of France on account of his lawless union with Bertrade de Montfort; in 1110 he attended the Council of Nantes. Knowledge of his approaching death caused him to take steps to ensure the permanence of his foundation at Fontevrault. He imposed a vow of stability on his monks and summoned a Chapter (September, 1116) to settle the form of government. From Hautebruyère a priory founded by the penitent Bertrade, he went to Orsan, another priory of Fontevrault, where he died. The "Vita Andreæ" gives a detailed account of his last year of life.

Robert was never canonized. The accusation made against him by Geoffrey of Vendôme of extreme indiscretion in his choice of exceptional ascetic practices (see P.L., CLVII, 182) was the source of much controversy during the seventeenth and eighteenth centuries. Other evidence of eccentric actions on Robert's part and scandals among his mixed followers may have helped to give rise to these rumors. The Fontevrists did everything in their power to discredit the attacks on their founder. The accusatory letters of Marbodius of Rennes and Geoffrey of Vendôme were without sufficient cause declared to be forgeries and the manuscript Letter of Peter of Saumur was made away with, probably at the instigation of Jeanne Baptiste de Bourbon, Abbess of Fontevrault. This natural daughter of Henry IV applied to Innocent X for the beatification of Robert, her request being supported by Louis XIV and Henrietta of England. Both this attempt and one made about the middle of the nineteenth century failed, but Robert is usually given the title of "Blessed". The original recension of the Rule of Fontevrault no longer exists; the only surviving writing of Robert is his letter of exhortation to Ermengarde of Brittany (ed. Petigny in "Bib. de l'école des Chartes", 1854, V, iii

Sources

Acta SS., Feb., III, 593 sqq., contains two ancient lives by BALDRIC of Dol and the monk ANDREW; PETIGNY, Robert d'Arbissel et Geoffroi de Vendôme in Bib. de l' école des Chartes; WALTER, Ersten Wanderprediger Frankreichs, I (Leipzig, 1903), a modern scientific book; IDEM, Excurs, II (1906); BOEHMER in Theologische Literaturzeitung, XXIX, col. 330, 396, a hostile review.

Webster, Douglas Raymund. "Robert of Arbrissel." The Catholic Encyclopedia. Vol. 13. New York: Robert Appleton Company, 1912. 24 Feb. 2016 <http://www.newadvent.org/cathen/13096a.htm>.

Transcription. This article was transcribed for New Advent by Catharine Lamb. Dedicated to the memory of Robert Lee Hansen.


Ecclesiastical approbation. Nihil Obstat. February 1, 1912. Remy Lafort, D.D., Censor. Imprimatur. +John Cardinal Farley, Archbishop of New York.

SOURCE : http://www.newadvent.org/cathen/13096a.htm

Blessed Robert of Arbrissel, OSB Abbot (PC)
(also known as Robert of Arbressec)


Born in Arbrissel (Arbressec), Brittany, France, c. 1047; died at Orsan on February 25, 1117. Robert studied at Paris, became chancellor of the University of Paris, was ordained, and then became archpriest (vicar general) at Rennes c. 1089 at the invitation of Bishop Sylvester of Gerche, who invited him to assist him in reforming that see.



Robert was forced to flee the enemies he made with his reforms when the bishop died, and he became a hermit in the Craon Forest in 1095. The following year he founded the monastery of La Roe for the many disciples he had attracted by his holiness. He was appointed 'preacher' by Pope Urban II the same year, attracted huge crowds, and in 1099 founded the double Benedictine monastery of Fontevrault under the direction of an abbess for the many postulants La Roe could not accommodate.
He attended the Council of Poitiers in 1100, where he favored the excommunication of King Philip I of France, and the Council of Nantes in 1110. Robert called a chapter to establish a permanent organization of his monks in 1116, and died the following year at Orsan. He has never been formally beatified (Benedictines, Delaney, Encyclopedia, Roeder).

Blessed Robert is generally painted as a Benedictine abbot enjoying a vision of the crucified Christ, Virgin Mary, and Saint John. At times he may be shown wearing a coat of mail next to his skin (Roeder). He is venerated in Fontevrault, Paris, and Rennes (Roeder).


SOURCE : http://www.saintpatrickdc.org/ss/0224.shtml